Questions générales sur les produits de consommation

Q. : Les produits de consommation spécialisés sont-ils sûrs?

R. : Oui! Les consommateurs peuvent être sûrs que les produits spécialisés qu’ils achètent ont un effet bénéfique sur leur santé en réduisant la propagation des germes et des allergènes et en rendant leur maison et leur lieu de travail plus agréables. Quand les consommateurs achètent des produits de nettoyage, ils se procurent un mélange d’ingrédients, tout en bénéficiant des vastes connaissances sur l’utilisation de produits sûrs et efficaces que les fabricants ont acquises au fil de nombreuses années.

Q. : Le gouvernement fédéral réglemente-t-il les produits de consommation spécialisés?

Au Canada, tous les ingrédients des produits de consommation tels que les savons et les détergents, les désinfectants, les produits d’hygiène, les produits nettoyants ménagers et les produits antiparasitaires sont régis par divers règlements et lois.

R. : Tous les produits de consommation formulés se composent de substances utilisables au Canada et inscrites sur la Liste intérieure des substances (LIS) aux termes de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE). Les produits inscrits sur la LIS sont souvent décrits comme étant les ” substances existantes “; en vertu de la loi, ils doivent satisfaire à un examen scientifique des plus modernes. Cela est censé aboutir à une liste de substances qu’il faudra peut-être revoir de nouveau. Il importe de signaler que des produits utilisés tous les jours, tels que la vitamine A et le vinaigre, figurent sur la liste de 4 000 substances pouvant nécessiter un examen plus approfondi. Des études scientifiques menées par l’industrie et le gouvernement ont établi que les produits contenants des substances inscrites sur la liste sont sûrs quand on s’en sert conformément aux instructions du fabricant.

Le Plan de gestion des produits chimiques (PGPC), annoncé par le gouvernement du Canada en décembre 2006, a commencé avec le programme du Défi à l’industrie, par lequel le gouvernement demandait à cette dernière d’examiner 193 substances hautement prioritaires. Ces substances ont été groupées en 12 « lots » aux fins de l’examen qui devait être exécuté en cinq ans. L’étape suivante du PGPC a été annoncée le 3 octobre 2011, quand le gouvernement du Canada a renouvelé son engagement à l’égard du Plan, qui comptait parmi les meilleurs du monde. Environ 1 000 autres substances seront examinées au cours des cinq prochaines années, et le reste, d’ici 2020, notamment dans le cadre de l’Initiative des groupes de substances. D’autres renseignements sur le Plan, sur le Défi à l’industrie et sur l’Initiative susmentionnée sont diffusés dans le site Internet du gouvernement du Canada. Pour en savoir plus sur le Plan de gestion des produits chimiques, veuillez consultez les rapports d’étape le concernant, qui sont publiés deux fois par année.

Si un fabricant veut utiliser une substance véritablement nouvelle dans un de ses produits, il doit la faire évaluer aux termes du Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (RRSN), pris en application de la LCPE. Depuis 2001, toutes les substances nouvelles au Canada qui seront employées dans des produits visés par la Loi sur les aliments et drogues sont assujetties au RRSN (LCPE).

Les produits nettoyants tels que les désinfectants sont aussi régis par la même loi. Si le fabricant affirme que ses produits tuent les germes, les produits doivent satisfaire à des normes et à des paramètres d’efficacité établis par Santé Canada, être examinés et approuvés par Santé Canada et porter un numéro d’homologation DIN sur l’étiquette. Les produits dont le fabricant dit qu’ils désinfectent tombent sous le coup de la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA), qu’administre Santé Canada également.

Le Règlement sur les produits chimiques et contenants destinés aux consommateurs (RPCCC 2001), pris en application de la Loi sur les produits dangereux vise toutes les étiquettes apposées sur ces produits.

Afin d’en savoir plus sur le Plan de gestion des produits chimiques au Canada, veuillez consulter la publication portant sur lui.

Q. :Où les consommateurs peuvent ils trouver de l'information sur les ingrédients contenus dans les produits?

R. :L’ACPCS a annoncé le 2 avril 2008 une initiative volontaire de l’industrie facilitant l’accès des consommateurs à l’information sur les ingrédients des produits d’assainissement de l’air, de nettoyage, pour l’automobile, à polir et d’entretien des planchers. Nos membres rendront l’information disponible le 1er janvier 2010 de différentes façons : étiquettes des produits, site Web du fabricant, etc. Cliquez ici pour en savoir davantage sur ce programme.

Q. : Quels avantages les produits de consommation spécialisés présentent-ils?

R. : Santé et hygiène vont de pair. Les savons et les détergents sont essentiels à la santé personnelle et publique. Parce qu’ils permettent de déloger la saleté présente sur les surfaces, ils contribuent à l’hygiène personnelle, ils réduisent le nombre de germes qui causent les maladies infectieuses, ils prolongent la durée de vie des vêtements, de la vaissellerie, du linge de maison, des surfaces et des meubles, et ils rendent la vie plus agréable dans nos maisons et nos lieux de travail.

Les produits nettoyants ordinaires permettent de bien enlever la saleté, mais seuls les désinfectants ou les nettoyants désinfectants tuent les germes qui causent de nombreuses maladies. Les germes peuvent se propager à d’autres surfaces par le biais de chiffons de nettoyage et d’éponges sales.

Les surfaces telles que les comptoirs de cuisine et de salle de bain, les poignées de porte, les sièges de toilette et les jouets peuvent être contaminées par des bactéries même quand elles paraissent propres. Saviez-vous qu’il peut y avoir quatre milliards de germes vivants sur un chiffon à vaisselle ordinaire?

Q. : Comment les produits de consommation aident-ils les Canadiens souffrant d'allergies et d'asthme?

R. : Les produits nettoyants enlèvent les allergènes. Si le nettoyage est fait régulièrement et bien, il empêche ceux-ci de s’accumuler, ce qui aide à réduire au minimum les symptômes des allergies et/ou de l’asthme.

Les allergènes couramment trouvés dans nos maisons (squames animales, coquerelles, poussière/acariens, moisissures et pollen) compliquent grandement la vie aux personnes souffrant d’allergies et d’asthme. Les allergènes sont souvent présents dans l’air et peuvent être très répandus, de sorte qu’il est difficile de les éviter. Ils s’accumulent dans la literie, les meubles, les moquettes et partout oú chaleur et humidité existent. Si on ne les enlève pas, ils continuent de s’accumuler, ce qui accroît encore l’ampleur de la menace.

Q. : Que dire des allergies aux arachides? Les produits de consommation spécialisés aident-ils les personnes qui en souffrent?

R. : Oui! Une étude menée par la faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins a confirmé que l’allergène présent dans les arachides était indétectable après que les participants se furent laver les mains avec un savon liquide ou en barre ou avec des lingettes. Avec la plupart des nettoyants ménagers ordinaires, on a aussi pu enlever facilement l’allergène présent sur les surfaces ménagères.

Q. : Comment les produits de consommation spécialisés sont-ils étiquetés au Canada?

R. : Pour s’assurer que les consommateurs utilisent son produit de la bonne façon, le fabricant leur indique sur l’étiquette comment s’en servir; il précise aussi les dangers particuliers propres à l’utilisation de son produit, les précautions à prendre, le cas échéant, et la façon de le jeter. Pour les consommateurs, c’est là un des rôles les plus importants de l’étiquette.

Santé Canada administre l’application du Règlement sur les produits chimiques et contenants destinés aux consommateurs (RPCCC) de 2001 aux termes de la Loi sur les produits dangereux. Le Règlement porte notamment sur les symboles d’avertissement et sur les déclarations relatives aux premiers soins.

Q. : L'utilisation de ces produits a-t-elle des effets sur l'environnement?

R. : Les produits de consommation spécialisés sont formulés pour être employés avec de l’eau et être évacués dans les systèmes de traitement des eaux usées (usines municipales de traitement des égouts ou fosses septiques). Afin de garantir que leurs produits sont sans danger pour l’environnement, les fabricants évaluent les effets des ingrédients dans les systèmes de traitement des eaux usées et dans les ruisseaux, les rivières, les lacs et les estuaires. Des principes scientifiques largement reconnus par les experts techniciens et par les organismes de réglementation sont employés pour évaluer le risque que ces effets comportent pour l’environnement.

Q. : Les emballages des produits de consommation spécialisés sont-ils écosympathiques?

R. : Les fabricants de produits nettoyants donnent depuis longtemps l’exemple en ce qui concerne la réduction des déchets d’emballage et l’application de judicieuses méthodes d’élimination des déchets. Les progrès technologiques ont permis de créer des produits plus concentrés, des produits bivalents, des produits avec recharge et des emballages faits de matériaux recyclés. Par exemple, la fabrication et le transport des produits concentrés exigent moins d’énergie et d’emballages, et les produits multifonctionnels éliminent le besoin d’emballages distincts. Le plastique et le carton qui seraient autrement mis au rebut deviennent des matériaux utilisables, grâce au recyclage.

L’ACPCS rappelle aux consommateurs qu’aux fins de la protection de l’environnement, la meilleure façon de procéder en ce qui concerne tout produit de nettoyage ménager consiste à n’acheter que la quantité nécessaire et à l’utiliser totalement ou à donner ce dont on ne sert pas. Si l’on doit en jeter, il faut le faire convenablement. Règle générale, les produits conçus pour être dilués dans l’eau doivent être jetés dans l’évier ou la toilette; les produits solides, tels que les tampons à récurer, doivent être mis aux ordures.

Pour en savoir davantage sur les produits concentrés, prière de cliquer ici.